Que penser du viol et du meutre de Lola Daviet par Dahbia Benkired le 14 octobre 2022 ?

D’abord, il y a plantage total sur le stéréotype habituel du criminel meurtrier violeur et/ou pédophile. En effet, il se doit d’être de type mâle blanc hétérosexuel d’âge variable à la manière de Michel Fourniret, Francis Heaulme, Patrice Allègre, Nordahl Lelandais et Guy Georges. Et là, nous avons affaire à une jeune femme maghrébine de nationalité algérienne en situation irrégulière avec obligation de quitter le territoire français (OQTF) ajoutés de penchants homosexuels en plus d’une sexualité qui s’est avérée complètement débridée.

Si Éric Zemmour, s’est hasardé à parler d’un francocide, à aucun moment, aucune personnalité politique, aucun organe de presse mainstream n’a avancé l’hypothèse de la dimension raciste de ce meurtre assorti rappelons-le d’un viol et d’actes de tortures.

En effet, la victime Lola Daviet était une jeune française de 12 ans, blonde aux yeux bleus, le visage gracieux, très brillante à l’école comme dans ses activités périscolaires. En résumé, la petite gamine modèle sage et sans histoire.

En face, la prédatrice ultime, qui dans sa vie n’a toujours agit que pour nuire et détruire, semer le désastre autour d’elle et de surcroit dans un pays, à un endroit où elle n’avait aucun droit d’y séjourner comme cela lui avait été signifié plusieurs fois.

Car plusieurs témoignages y compris des proches ont abondé dans la direction que Dahbia Benkired mettait le désordre partout où elle passait, ne foutait rien de ses journées, vivait au crochet de ses soeurs, consommait de l’alcool et du cannabis, frappait les personnes qui s’opposaient à elle (notamment dans un cabinet médical), bref c’est une nuisible et une parasite intégrale pire qu’un sous-déchet radioactif.

Mais en France, on n’a pas le droit de pleurer un petit blanc ou une petite blanche s’ils ont été tués par des gens qui ne le sont pas !

Pourtant, les faits sont têtus, même Darmanin et Macron ont reconnu que les étrangers sont surreprésentés dans les actes de délinquance.

« Pour l’ensemble des faits de délinquance, 48 % des mis en cause sont des étrangers. Sur certains territoires, le pourcentage est bien supérieur à 50 %. On dépasse les 70 % pour les vols simples ou avec violence. » Laurent Nuñez, préfet de police

"“L’accusation en récupération est une stratégie de « terrorisme politique » qui vise à éviter de pointer du doigt les responsables. Moi, je ne céderai pas !”" Marion Maréchal

« S’il s’agissait de notre enfant, on se demanderait pourquoi l’ordre d’expulsion du territoire n’avait pas été exécuté »@RoyalSegolene

Pauvre innocente Lola qui est morte dans d’atroces souffrances, comme tant d’autres, et des vérités restent : des millions d’immigrés se trouvent sur notre sol — contre la volonté du peuple français. Parmi eux des centaines de milliers de clandestins. Pourquoi  ? Des dizaines de milliers d’entre eux sont visés par des obligations de quitter le territoire parce souvent ce sont des délinquants, des criminels des personnes violentes. Près de trois cents par jour sont prononcées. Moins de 10 % sont exécutées.

L’Europe n’est plus qu’un continent qui doit a tout prix recevoir toute la "misère" du monde avec des cultures moyenâgeuses qui polluent et qui amènent l’Europe a la décadence, la violence comme c’est encore le cas ici et la pauvreté. Renoncer a sa culture, à son histoire et à sa grandeur est normal pour des gauchistes qui ne sont là que par leur penchant masochiste. Voilà ce qu’est le nihilisme de cette idéologie mortifère, qui compare 5 siècles de découvertes scientifiques et technologiques à l’exploitation temporaire de peuples en oubliant que ces progrès ont permis la richesse mondiale d’être multiplié par 200, la démographie par 10 et doubler l’espérance de vie partout dans le monde.

En 1981, la France abolissait la peine de mort, un choix contre la volonté du peuple. Rappelons qu’elle est toujours en vigueur en Algérie. Cette peine de mort pourtant nous fait toujours défaut face à des personnes irrécupérables même incarcérées et qui continuent à coûter et à nuire à la société. Aujourd’hui, il est interdit et voire réprimé de vouloir la mort d’un personne, mais en me replaçant dans un contexte antérieur à 1981, je n’aurais aucun problème à me ranger aux côtés de celles et ceux qui voulaient voir la tête tranchée de Patrick Henry et plus présentement celle Dahbia Benkired.

Un père de famille, un vieux mâle blanc hétérosexuel de plus 50 ans très pessimiste sur l’avenir de la société et qui a en son foyer une petite puce, un trésor qui ressemble de beaucoup à Lola.