Emprunter, est-ce une bonne affaire ?

Les gens sont plus que las des leçons permanentes d’économie appliquée. La seule vision d’une chaîne de télévision comme BFM Business où des bavards dissertent à longueur de temps et avec suffisance des problèmes de gros sous suffit à donner la nausée à n’importe quelle personne intéressée par les chiffres. L’astronomie est à ce titre bien plus passionnante.

Pourtant, nous avons besoin de quelques minutes d’attention pour vous expliquer les "bienfaits" de l’endettement :

Commençons par l’emprunt à taux fixe

En résumé, emprunter à 5% pendant 15 ans, cela revient à payer quasiment 60% plus cher que le prix initial. Et ne comptez pas sur l’inflation pour compenser ce surcoût : 1) parce que les banquiers prêtent toujours plus chers que l’inflation prévisionnelle, 2) les salaires ne suivent pas l’inflation (par exemple : gel depuis 2010 du point d’indice des fonctionnaires), 3) en pratique, le taux d’inflation du panier de la ménagère est toujours plus élevé que celui publié par l’INSEE. Sur ce dernier point, il faudra un jour que l’INSEE publie la composition du panier de la ménagère.

Plus fort encore l’emprunt à taux variable

Contracter un emprunt à taux variable, cela revient à s’engager auprès de votre banquier à lui verser des mensualités (ou des annuités) fixées en fonction de la conjoncture et surtout de son bon vouloir.

Superbe ! Déjà qu’il est difficile d’étayer un budget prévisionnel avec l’incertitude des recettes. Si en plus, les dépenses sont incontrôlables, cela devient du n’importe quoi.

C’est pourtant ce qu’ont fait bon nombre de collectivités locales. Ce sont les fameux emprunts DEXIA. Jugez plutôt du caractère abscons de la formule : taux = sqr(taux fixe en % + randomize(de poudre de perlinpinpin)*exp(schpinder full à vapeur))^3/ arc sinus(klougue de nonette).

J’exagère à peine voici la véritable formule :

La seule ligne de défense des élus est : "notre commune n’est pas plus endettée que les autres communes de la même strate".

En conclusion, s’endetter massivement est une erreur manifeste. Et M. ou Mme le Maire, ce n’est pas parce que l’écrasante majorité fait une erreur que cela en devient une vérité pour autant !

Ne dit-on pas "qui paye ses dettes s’enrichit". Cela pourra déboucher sur le corollaire suivant : qui s’endette, s’appauvrit !" Nos détracteurs diront que notre discours est simpliste. Fort bien, venez en débattre avec nous et expliquez-nous avec des arguments à la logique irréfutable, les bienfaits de la dette ...

"Nos emprunts d’aujourd’hui, sont nos impôts pour demain". Formule pleine de bon sens, mais il l’appliquent aux finances dont ils en ont la responsabilité. Qu’importe tant que ce n’est pas les leurs !

Portfolio

Mme CETELEM