Le 7 de Cegetel

Au 1er janvier 1998, les communications interurbaines s’ouvrent à la concurrence mettant un terme au monopole séculaire des PTT - France Télécom. Le principe est simple, l’abonné reste abonné auprès de France Télécom, mais il peut demander l’acheminement de son appel à un opérateur tiers. Un des premiers à s’aligner sur la grille de départ fut Cegetel. Cegetel est la filiale de la Compagnie Générale des Eaux devenue Vivendi à l’époque où Jean-Marie-Messier-moi-même-le-maître-du-monde J6M en était le PDG.

Rappelons que la minute de télécommunication était facturée par France Télécom 2,23 frs/mn soit 20,40 € de l’heure.

En avril 1999, emménageant dans une obscure cité du Val de Marne, je souscris un abonnement auprès de France Télécom. Je profite de cette ouverture de ligne pour souscrire un abonnement auprès de Cegetel. Même sans présélection (réacheminement automatique de tous les appels par l’opérateur concurrent), l’offre est avantageuse pour tous les appels. Y compris pour les appels de proximité où Cegetel s’aligne au mieux disant par rapport à France Télécom. Cela ne dure pas bien longtemps. Rapidement Cegetel, applique sa tarification longue distance dès que l’appel acheminé sort du département. Si cela a peu ou pas d’impact pour les abonnés de province où tous les appels sont classés longue distance par France Télécom dès la sortie du département, cela n’est pas le cas des abonnés franciliens. Il redevient à nouveau moins cher de passer par France Télécom pour appeler du Val-de-Marne vers le département de l’Essonne. Je découvre par hasard la supercherie à la lecture d’une facture détaillé, étonné par la chèreté des appels.

Portfolio

tarifs cegetel avant tarifs cegtel après