France Inter en grandes ondes, c’est bientôt fini ... et alors ?

France Inter en GO (LW), c’est bientôt terminé ... et alors.

Le gaulois moyen est toujours résistant au changement. Si dans certaines occasions c’est justifié, les défendeurs ont loupé une occasion de se taire.

Qui aujourd’hui écoute encore France Inter et les autres postes à savoir Europe n°1, RMC et RTL en grandes ondes. Les personnes de plus 85 ans ? Les autres savent ce que c’est la FM (et si vous ne savez pas allez sur Schoop). Et encore ne vous inquiétez pas pour nos anciens, ils savent bien tourner le bon bouton pour écouter Radio Notre Dame (ou RCF en province) ou Radio Classique pour trouver un programme qui leur convient.

Alors que la France a beaucoup de mal à passer de la FM à la DAB (Digital Audio Broadcast), les ondes longues comme les moyennes d’ailleurs, sont obsolètes et datent d’une autre époque, celle de la TSF de Gustave Ferrié. Même les militaires l’ont compris, ce n’est plus l’arme des transmissions leur référence mais la DIRISI (Direction des Réseaux d’Infrastructure et des Systèmes d’Information de la Défense).

Pollués par les émissions polluantes grandissantes des appareils numériques (ordinateurs, smartphones, télévisions, tablettes, ADSL, Wifi, alimentations à découpages de tout poil), les émissions en modulation d’amplitude (OC-PO-GO) sont devenues inaudibles en dehors d’une installation fixe dédiée et bien à l’écart des sources de parasites, c’est à dire au minimum située en milieu rural.

La référence horaire de son horloge atomique est une vague fumisterie (200 000 horloges selon le CFHM - mon oeil !), les horloges se synchronisent désormais, soit sur l’émetteur DCF 77 situé aux alentours de Frankfurt-am-Main (il suffirait d’en augmenter la puissance qui n’est actuellement que de 30kW pour en augmenter l’étendue), soit sur le GPS bien plus universel (mais à la merci du bon vouloir de l’administration américaine). Si vous disposez d’une connexion internet, les serveurs NTP sont là aussi pour ça !

Il serait considéré comme l’émetteur de référence en cas de catastrophe nationale. Désolé de vous décevoir, mais dans ce genre de situation les regards ont tendance plutôt à converger vers les chaînes d’info en continu comme BFM TV comme ce fut le 7 janvier 2015.

Reste les quelques ressortissants expatriés. Oui effectivement, il m’est arrivé d’écouter les infos sur France Inter LW quand je fus en stage pendant 2 mois et demi en Allemagne. Mais, c’était en 1993, depuis, il me semble, qu’il y a internet pour écouter en streaming. Et puis franchement, à l’époque ce n’était pas ce que j’écoutais le plus. Je préférais nettement les programmes pop et en FM de la radio musicale FFH.

C’est ainsi que l’extinction de cet émetteur gourmand en énergie électrique ne touchera que les quelques collectionneurs de postes TSF. Qu’à cela ne tienne, un émetteur AM de quelques mW fera l’affaire, et ce n’est pas si compliqué que cela à réaliser pour un sans-filiste. Ce qui est un peu ballot, c’est que l’émetteur avait fait l’objet d’un rénovation en 2002 avec des Mosfet qui lui permettrait de cracher 3000 kW. 3 MW à 162 khz soit autant en performances que l’électronique de puissance d’un engin ferroviaire automoteur de TER.

Si vous voulez en savoir plus sur l’histoire du site d’Allouis, je vous recommande le site de Thierry Vignaud qui est très bien documenté : http://tvignaud.pagesperso-orange.fr/

http://www.leberry.fr/cher/actualit...

07/09/15 - 20h12 France Inter en grandes ondes, c’est bientôt fini

Le célèbre émetteur d’Allouis cessera la diffusion de France Inter en grandes ondes(*) le 31 décembre 2016. Radio France a décidé, cet été, de mettre fin à son contrat avec TDF, la société qui exploite l’émetteur.

Le groupe audiovisuel public a pris cette décision pour des raisons budgétaires, le coût d’exploitation de l’émetteur étant trop important selon lui. Les frais sont en effet payés grâce à la redevance audiovisuelle. Or, l’audience de France Inter grandes ondes serait très faible selon le groupe : 10 % ! De plus, France Inter est déjà diffusée en FM, avec une couverture de la population française qui atteint 96 %.

Quant aux 4 % restants, Radio France souligne que France Inter est déjà diffusée par satellite, via deux offres gratuites : TNT Sat et Fransat. Celles-ci sont accessibles par 100 % de la population. Deux offres qui permettent d’écouter non seulement France Inter, mais aussi France Culture, France Info, le Mouv’, Fip, France Musique et les 44 stations locales de France Bleu.

Un auditeur de France Inter a lancé une pétition pour le maintien de la diffusion grandes ondes de France Inter. L’émetteur d’Allouis abrite aussi une horloge atomique, donnant l’heure à un million de récepteurs, de la Scandinavie à l’Afrique.

(*) France Inter peut être captée dans toute la France sur la fréquence 162 kHz avec un récepteur grandes ondes.